16 mai 1944

Amsterdam, Hollande

"Oma et Opa, je vous adresse tous mes vœux à l'occasion de l'anniversaire de votre fils unique. Veuillez le féliciter pour moi."

La dernière lettre de Jacob Hijman Marcus

Ces mots sont extraits de la dernière lettre de Jacob Hijman Marcus, 10 ans, adressée à ses grands-parents maternels, Hijman et Brantje Matteman, depuis sa cachette à Amsterdam. Jacob a été assassiné à Auschwitz.

Avant la guerre, Philip et Diufje Marcus vivent à Amsterdam avec leur fils, Jacob-Jaap Hijman (né en 1934). Avec l'occupation des Pays-Bas, la famille se cache avec l'aide du frère de Diufje, Salomon Matteman. Philip et Diufje obtiennent de faux papiers d’identité aux noms de Philip Koch et Dora Weiss. Leur fils Jacob est envoyé dans une cachette avec sa tante, Rosa-Roosje, sœur de sa mère. De là, il enverra des lettres à ses parents. Salomon sera attrapé et emprisonné à Westerbork, puis déporté vers l'est.

Le 8 juin 1944, Jacob Hijman et sa tante sont arrêtés dans leur cachette d’Amsterdam et incarcérés dans le camp de concentration de Westerborkn avant d’être déportés au ghetto de Terezin. Ils font partie du convoi du 4 septembre, le plus grand à partir de Hollande, et le dernier à quitter Westerbork pour Terezin. Là, Rosa est affectée au tri des métaux, un travail qui l’exempte de toute déportation. Lorsque le nom de Jacob Hijman apparaît sur la liste des prochains déportés du ghetto, Rosa décide de l'accompagner. Elle échange son nom avec celui d’une autre détenue de la liste.

Le 23 octobre, Rosa et Jacob sont déportés à Auschwitz. Jacob Hijman est assassiné dans les chambres à gaz dès son arrivée. Rosa réussit à passer la sélection et à survivre jusqu'à la libération du camp. Deux mois plus tard, en mars 1945, elle meurt d'une intoxication alimentaire après avoir acheté et mangé ce qu'on lui avait dit être de la nourriture casher.

Salomon Matteman sera attrapé dans sa cachette d’Amsterdam le 15 août 1944 et conduit à la prison locale. Transféré à Westerbork, il est déporté le 3 septembre à Auschwitz par le même convoi qu'Anne Frank et certains membres de sa famille. Le 18 janvier 1945, Salomon est évacué d'Auschwitz vers Gross Rosen et de là vers Sachsenhausen. Trois semaines plus tard, il est transféré à Mauthausen, d’où il sera libéré le 30 avril. Après un certain temps passé dans des centres de rééducation en Suisse et en France, il rentre en Hollande en février 1946.

Tous les membres de la famille restés en Hollande ont survécu.

Philip et Duifje immigreront aux Etats-Unis, où ils donneront naissance à leur fille Leni en 1949.

En 2016, Leni Marcus-Davidson fait don à Yad Vashem de documents et de photographies de famille, y compris de la dernière lettre de Jacob, dans le cadre du projet "Rassembler les Fragments". Personne n'a rempli de Feuille de témoignage à la mémoire de Jacob Hijman Marcus. Son nom et sa photo figurent dans la base de données centrale des noms des victimes de la Shoah de Yad Vashem.

La dernière lettre de Jacob Hijman Marcus, 10 ans, adressée à ses grands-parents maternels, Hijman et Brantje Matteman, depuis sa cachette à Amsterdam.

16 mai 1944
Chers Oma et Opa,

Un grand remerciement pour les florins, Oma. Comment allez-vous ? Ici, tout va bien.

Ces animaux seront dans le terrarium : une grenouille, un serpent, une tortue et un lézard. Opa, j'ai planté des haricots bruns et des pois. J'ai l’autorisation d'avoir des chenilles parce qu'elles vont devenir des papillons.

J'espère que vous vous amuserez bien à l'anniversaire d'oncle Koos. Oma et Opa, je vous adresse à tous deux tous mes vœux à l'occasion de l'anniversaire de votre fils unique. Veuillez le féliciter pour moi.

Plein de bisous et de salutations,
Jhm [Jacob Hijman Marcus]

  Consulter la lettre