Informations générales
Horaires :

Du dimanche au jeudi : 9h-17h
Vendredi et veille de fête : 9h-14h

Yad Vashem est fermé le samedi et les jours fériés.

Se rendre à Yad Vashem :
Pour plus d'informations, cliquez ici...

Massacre des Juifs des Balkans et de Slovaquie

Le 4 mars 1943, le gouvernement bulgare, qui avait annexé la Thrace et la Macédoine, prises respectivement à la Grèce et à la Yougoslavie, arrête tous les Juifs de ces régions et les envoie dans deux camps de détention.
continuer...

Bulgarie

Peu de temps après, les Juifs de Thrace sont transportés dans des wagons à bestiaux, sous escorte de la police bulgare, jusqu'à la ville portuaire de Lom sur le Danube, où ils sont livrés aux Allemands. Ils sont alors entassés sur quatre petites embarcations à destination de Vienne où ils arriveront dix jours plus tard. De là, ils seront envoyés vers le camp d’extermination de Treblinka. Les Juifs de Macédoine sont déportés à Treblinka par voie terrestre. Au total, 11 370 Juifs de Thrace et de Macédoine seront déportés.

En parallèle, le gouvernement bulgare prépare la première déportation de Juifs bulgares de Plovdiv et de Kyustendil. La nouvelle du projet de déportation commençant à se répandre, des membres du Parlement, des responsables ecclésiastiques et des personnalités publiques unissent leurs efforts pour faire pression sur le roi et son gouvernement afin de bloquer les déportations. Le 24 mai 1943, le plan de déportation des 48 000 Juifs de Bulgarie est annulé.

 

Grèce

La déportation des Juifs de Grèce se déroule en plusieurs étapes. L'expulsion des Juifs de Thrace et de Macédoine en mars 1943 est suivie, entre mars et mai, de la déportation des Juifs de Salonique et de ses environs, alors sous contrôle allemand. Les Juifs de Salonique sont humiliés, marqués, dépouillés de leurs biens et brièvement enfermés dans des ghettos avant d'être déportés. Durant l'été 1944, les Juifs vivant dans les régions dont les Allemands ont pris le contrôle suite à la capitulation de l'Italie, sont également déportés. Près de 60 000 des 77 000 Juifs grecs sont assassinés pendant la Shoah, pour la plupart à Auschwitz-Birkenau.

 

Yougoslavie

En avril 1941, les Allemands conquièrent la Serbie, qui fait alors partie de la Yougoslavie. En juillet, un soulèvement populaire éclate. Le gouvernement allemand local exécute les hommes juifs internés dans des camps. La majorité d'entre eux sont assassinés entre septembre et décembre 1941. Près de 8 000 femmes et enfants sont incarcérés dans le camp de Sajmiste près de Belgrade et assassinés entre mars et mai 1942 dans des camions à gaz.

L'État indépendant d'Ante Pavelic en Croatie massacre des milliers de Serbes et d'opposants au régime. En juin 1941, commence la déportation des Juifs de Zagreb vers les camps de concentration. Les Juifs de Bosnie-Herzégovine sont déportés en août. La majorité des déportés sont assassinés peu de temps après. En août 1941, le plus grand camp de concentration du pays est ouvert à Jasenovac. 25 000 Juifs ainsi que des centaines de milliers de Serbes et des milliers de Tsiganes et d'opposants au régime y sont assassinés. Le camp est liquidé fin avril 1945. Près de 66 000 des 80 000 Juifs de Yougoslavie seront assassinés pendant la Shoah.

 

Slovaquie

La Slovaquie, État satellite nazi, ne manifeste aucune opposition au programme de déportations vers l'Est. Les Juifs slovaques sont les premiers à être assassinés à Majdanek et à Auschwitz-Birkenau. Le « Groupe de travail » de Slovaquie, un groupe de Juifs semi-clandestin dirigé par Gisi Fleischmann et le rabbin Dov Weissmandel, cherche à sauver des Juifs, de Slovaquie et d'ailleurs, en versant des rançons. Leurs efforts ne connaîtront qu'un succès très limité.

Au cours de l'année 1942, 58 000 Juifs de Slovaquie sont envoyés dans les camps d'extermination. Les déportations sont interrompues vers la fin de l'année, mais reprennent après le soulèvement slovaque (d'août à octobre 1944). Près de 70 000 Juifs slovaques périront durant la Shoah. Entre 25 000 et 35 000 Juifs slovaques survivront.