Informations générales
Horaires :

Du dimanche au jeudi : 9h-17h
Vendredi et veille de fête : 9h-14h

Yad Vashem est fermé le samedi et les jours fériés.

Se rendre à Yad Vashem :
Pour plus d'informations, cliquez ici...

Le ghetto de Lodz

Lodz est la deuxième ville de Pologne et un pôle industriel majeur. Un ghetto y est établi le 30 avril 1940. Après celui de Varsovie, c'est le plus grand ghetto des territoires sous occupation allemande, c'est aussi celui qui est le plus isolé de ses environs et des autres ghettos.
continuer...

Quelque 164 000 Juifs y sont internés, auxquels viendront s'ajouter des dizaines de milliers de Juifs de la région, des Juifs originaires du Reich, ainsi que des Sinti et des Roms. Le ghetto, conçu à l’origine comme une installation temporaire de transit, subsistera pendant plus de quatre ans, la décision d'exploiter la main d'œuvre juive servant les intérêts des nazis postés à Lodz.

Au printemps de l'année 1940, le ghetto de Lodz est isolé du reste du monde par une barrière en bois elle-même entourée de clôtures barbelées. Les Juifs sont confinés à l'intérieur du ghetto sans eau ni électricité. Epidémies et famine font rapidement diminuer le nombre d’habitants.

Mordechai Chaim Rumkowski, le président autoritaire et controversé du Judenrat de Lodz, pense que le travail permettra aux Juifs de continuer à vivre et leur donnera des chances de survie. Il décide donc de la mise en place d’un système aux multiples facettes, comprenant des « Ressorts » (ateliers) qui emploient même de jeunes enfants, dans lequel les Juifs du ghetto travailleront pour les Allemands. Ceux-ci considèrent cependant la mise au travail des résidents du ghetto comme une simple pause avant la réalisation de l'objectif visé : l'extermination.

En janvier 1942, ont lieu les premières déportations depuis Lodz vers le site d’extermination de Chelmno où les Juifs sont assassinés dans des camions à gaz. Rumkowski est contraint de dresser des listes de « candidats » à la déportation et d'organiser le rassemblement de ceux-ci. Il ne parvient pas à obtenir la diminution des quotas de Juifs désignés pour la déportation. A la fin de l'année 1942, près de la moitié des Juifs internés à Lodz ont déjà été assassinés à Chelmno. Le meurtre des Juifs du ghetto de Lodz et des régions voisines se poursuivra par intermittence jusqu'en janvier 1945.