Informations générales
Horaires :

Du dimanche au jeudi : 9h-17h
Vendredi et veille de fête : 9h-14h

Yad Vashem est fermé le samedi et les jours fériés.

Se rendre à Yad Vashem :
Pour plus d'informations, cliquez ici...

Adopter un projet

1. PORTER TÉMOIGNAGE : Projet d’enregistrement des témoignages des survivants

La génération qui fut témoin de la Shoah diminue rapidement et les derniers survivants sont très âgés. Afin de préserver la mémoire historique de la Shoah, nous devons agir le plus rapidement possible pour enregistrer les récits de tous ceux qui n’ont pas encore témoigné. Le projet de Yad Vashem consiste à créer des “studios nomades” parcourant tout Israël afin de réaliser au domicile des survivants les enregistrements vidéo. Le coût d’un enregistrement est de 1 500 €. Avec l’aide de ses amis dans le monde, Yad Vashem peut réaliser une série de 12 témoignages pour un coût de 18 000 €. Les donateurs seront honorés en reconnaissance de leur soutien financier, selon les usages en vigueur au sein de notre Institution, proportionnellement à leur participation.

2. COLLECTE DES FRAGMENTS : Projet de financement d’une journée

Yad Vashem a lancé une campagne nationale pour le sauvetage des documents et objets personnels datant de la Shoah. Depuis le lancement de cette campagne “Rassembler les Fragments” en avril 2011, Yad Vashem a reçu plus de 260 000 articles provenant de près de 11 800 particuliers. Ces articles comprennent, entre autres, des journaux intimes, des photographies, des objets personnels et des oeuvres d’art. En moyenne, 25 personnes par jour nous confient leurs objets, l’histoire qui s’y rattache et des récits de vie liés à ces articles. Les opérations de préservation, digitalisation et accessibilité des documents collectés lors de cette campagne nécessitent une somme de 1 250 € par journée de collecte. Yad Vashem peut organiser une série de 15 jours de collecte pour un coût de 18 750 €. Les donateurs seront honorés en reconnaissance de leur soutien financier, selon les usages en vigueur au sein de notre Institution, proportionnellement à leur participation.

3. UN BANC DE YAD VASHEM : A dédier au nom d’un proche

Yad Vashem a intégré à son site du Mont du Souvenir un certain nombre d’espaces spécialement conçus pour permettre aux visiteurs de se préparer à la visite et de méditer en toute sérénité. Offrant un panorama sur la Forêt de Jérusalem, ces bancs, situés le long de la place du Ghetto de Varsovie, constituent des espaces de réflexion exceptionnels pour les étudiants, les soldats, les éducateurs et les visiteurs du monde entier. Une plaque à la mémoire d’un proche peut être apposée sur un banc (10 000 €) ou bancs + table (15 000 €).

4. LA GROTTE DU SOUVENIR : Graver le nom d’un proche, une trace impérissable

A mi-chemin entre le Nouveau Musée d’histoire de la Shoah et la Vallée des Communautés, la Grotte du souvenir permet aux visiteurs de se recueillir et de retrouver un aspect plus humain à la vision globale de la destruction du judaïsme européen. Chaque communauté - ou famille - peut rappeler le souvenir de ses disparus en gravant leurs noms sur des plaques en pierre apposées sur les murs de la Grotte. 

Une façon de faire comprendre aux visiteurs comment, derrière l’aspect démesuré du projet destructeur nazi, chaque communauté juive a connu son destin particulier, essayant de garder une vie organisée, de lutter contre le désespoir, et en dernier recours de cacher ceux qui pouvaient être sauvés de la déportation. Chaque
communauté peut témoigner de sa présence dans la Grotte du Souvenir et laisser ainsi aux futures générations
une trace ineffaçable. 

Le tarif des plaques varie, selon la taille, entre 1 800 €, 2 500 €, 3 600 € ou 5 000 €.

5. “LA NAVETTE“ : Accéder aux espaces de Yad Vashem

Yad Vashem couvre une surface de 18 hectares sur le Mont du Souvenir à Jérusalem et comporte d'impressionnants monuments et musées. Yad Vashem a mis en place un service de navette qui conduit les visiteurs vers les principaux espaces du site de Yad Vashem. La navette va chercher les visiteurs de Yad Vashem depuis le Mont Herzl situé à environ un kilomètre de l’entrée du site, renforçant ainsi le lien entre ces deux hauts lieux de mémoire au coeur de Jérusalem. Sur l’Esplanade d’entrée de Yad Vashem les visiteurs peuvent descendre de la navette et rejoindre à pied le Nouveau Musée d’Histoire de la Shoah ou rester dans le bus qui se dirige vers l’Ecole Internationale pour l'enseignement de la Shoah, les Archives, le Mémorial des Enfants, le Panorama des Partisans, le Mémorial de la Déportation, le Jardin des Justes parmi les Nations et la Vallée des Communautés. 

La mise à disposition d’une Navette nécessite la somme de 60 000 € par an correspondant au leasing du bus de la compagnie Egged, l’assurance, l’entretien, l’essence et le salaire du chauffeur. Yad Vashem a besoin de trouver auprès de ses donateurs le financement de cette navette afin de continuer à fournir ce service à ses visiteurs. Yad Vashem recherche donc un donateur pouvant sponsoriser un minimum de deux années pour une somme de 120 000 €.

6. LES JUSTES PARMI LES NATIONS

Les Justes parmi les Nations sont des non-Juifs qui ont risqué leur vie, et souvent celle de leurs familles, sans aucune contrepartie financière, pour aider ou sauver la vie de Juifs pendant la Shoah. 

La Loi Yad Vashem a inscrit dans les missions de l’institution la reconnaissance de ces hommes et femmes qui reçoivent la distinction civile la plus importante de l’Etat d’Israël, un honneur que seul Yad Vashem a le privilège de décerner. 

Depuis 1963, Yad Vashem a reconnu près de 30 000 Justes parmi les Nations, issus de plus de 50 pays et des centaines continuent à l’être chaque année. Des hommes et des femmes qui servent d’exemple à suivre pour nous élever contre le racisme, la haine et la xénophobie, et permettent aux enseignants d’expliquer aux jeunes générations que même en des temps particulièrement sombres, il
est possible de faire preuve d’héroïsme. 

Yad Vashem a à coeur de traiter toutes les demandes de reconnaissance qui lui parviennent : vérification des données historiques, recherche, analyse, compilation des informations, rédaction du sauvetage, recherche de photos. 

De plus, pour honorer ses Justes, Yad Vashem a planté quelque 2 000 arbres sur l’ensemble de son site qui nécessitent un entretien tout au long de l'année, par le biais de pépiniéristes professionnels. Grâce au travail acharné du personnel d'aménagement paysager
de Yad Vashem, les arbres des Justes parmi les Nations continuent de croître et de pousser, forts et magnifiques, contribuant positivement à l'expérience personnelle de chaque visiteur. 

Avec un don de 365 euros, vous pouvez assurer les frais d'entretien d'un arbre de Justes parmi les Nations pour une année.

Par ailleurs, chaque nouveau dossier de reconnaissance de Justes s’élève à un coût de
2 000 Euros.

Aidez-nous à poursuivre nos efforts pour honorer l’héroïsme des Justes parmi les Nations.

7. Séminaire de formation pour les enseignants de l'étranger

Afin de répondre aux besoins de tous ceux qui recherchent un enseignement plus approfondi sur l’histoire de la Shoah, et tout particulièrement afin d’offrir aux enseignants de l'étranger les compétences nécessaires à cet enseignement, Yad Vashem a fondé, en 1993, l’École internationale pour l’enseignement de la Shoah. La proximité des archives de Yad Vashem avec près de 190 millions de pages de documents, de photos et de films fait de cette école internationale le lieu par excellence pour former des enseignants et des éducateurs qui pourront transmettre la connaissance de l’histoire de cette période.

Chaque année, près de 1500 enseignants étrangers suivent les 80 séminaires de formation qui sont dispensés dans plusieurs langues différentes, dont le français et jusqu’à ce jour, des enseignants venus de 60 pays y ont pris part. L'École internationale pour l'enseignement de la Shoah travaille en étroite collaboration avec les associations d'enseignants, les centres de commémoration de la Shoah et le ministère de l'Éducation à travers le monde afin de permettre à des éducateurs de qualité de participer à des programmes éducatifs portant sur l’histoire de la Shoah et de se rendre à Yad Vashem, en Israël.

L’équipe pédagogique permanente compte plus de quatre-vingt-dix membres, dont de nombreux enseignants chargés d’élaborer les programmes et les outils pédagogiques qui permettront d’acquérir une meilleure perception de la Shoah abordée dans ses diverses dimensions. Chaque séminaire s’adresse à un groupe d'environ 25 participants et sa durée est d’une semaine à 10 jours.

Les séminaires sont tous conçus de manière à répondre aux besoins spécifiques de chaque groupe de participants et proposent des conférences académiques et pédagogiques, des ateliers didactiques, des échanges de vues et des débats. Ils présentent également des unités d'enseignement et divers outils pédagogiques élaborés par le personnel de l'École internationale. Durant le séminaire, des rencontres témoins avec des survivants de la Shoah sont organisées. Tout au long de la formation, la philosophie éducative de Yad Vashem guide les éducateurs vers un enseignement multidisciplinaire de la Shoah et qui est adapté à chaque tranche d’âge. Par ailleurs, les participants ont l'occasion de découvrir Israël et Jérusalem à travers des visites de sites culturels.

8. Restauration d’objets–chaque objet est un témoignage

Yad Vashem reçoit chaque année plus de 1.000 objets qui datent de la période de la Deuxième Guerre mondiale. La majorité de ces pièces sont des objets personnels qui ont été conservés jusqu’à ce jour par les rescapés de la Shoah et les membres de leur famille. D'autres articles proviennent d’établissements publics, incluant les sites d’extermination, les camps et les synagogues dévastées. On peut trouver des objets ayant appartenu aux victimes, des objets fabriqués par les prisonniers et des objets de culte retrouvés dans les synagogues.

En raison des circonstances de la guerre, l'état de ces objets exige une restauration souvent très délicate. Ils ont souffert des intempéries, traversé des conditions climatiques extrêmes : pluie, soleil, boue et poussière. Après la guerre, les objets ont été préservés avec plus de soin, mais par des mains non professionnelles et certains éléments comme les cartons et les colles en ont détérioré certains. Ils nécessitent donc un travail de conservation immédiat non pas pour les remettre à neuf, mais uniquement pour ralentir le processus de leur détérioration.

La nature du travail exigé demande une attention constante, car il ne suffit pas d’écarter les éléments contenant des agents acides destructeurs (cartons, colles, etc.), il faut aussi vérifier la température ambiante, l’évolution de la rouille et de différents parasites qui sont des agents actifs faisant corps avec l’objet. La préservation de ces articles demande donc un traitement permanent et urgent, sans quoi plusieurs objets de grande valeur historique en notre possession deviendront bientôt inutilisables.

9. Collecte de documents d'Europe de l'Est

Les archives de Yad Vashem contiennent la plus grande collection de documents sur la Shoah dans le monde. Elles comportent 70 millions de pages de documents, dont 300.000 photographies, plus de 40.000 témoignages de survivants et des centaines de journaux intimes et mémoires.

En dépit du volume impressionnant de cette documentation, Yad Vashem n’a acquis à ce jour que la moitié des documents d’archives d'Europe de l'Est et souhaite compléter ses acquisitions d'ici 2015. Les chercheurs pourront alors trouver à Yad Vashem toute la documentation existante sur la Shoah en Europe de l'Est, et les noms de toutes victimes juives pourront être retrouvés.

Yad Vashem accueille chaque année plus qu'un millions de visiteurs, dont des dizaines de milliers qui utilisent le service des Archives. Chercheurs, étudiants, écrivains, réalisateurs de films, membres rescapés des familles de victimes de la Shoah, tous peuvent y trouver la documentation la plus complète sur la persécution des Juifs d’Europe de l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les archivistes de Yad Vashem sont en relation avec les archives locales, ils procèdent à l’identification de tout document lié au sujet et font microfilmer et expédier à Jérusalem cette documentation. Selon la richesse des collections locales, ce processus peut prendre quelques jours ou plusieurs mois. Les coûts correspondent aux frais de micro filmage, aux salaires des représentants locaux et aux frais de déplacement des archivistes de Yad Vashem lorsqu’il est nécessaire de se rendre sur place.