Informations générales
Horaires :

Du dimanche au mercredi : 9h-17h
Jeudi : 9h-20h*
Vendredi et veille de fête : 9h-14h

Yad Vashem est fermé le samedi et les jours fériés.

*Le musée d'histoire de la Shoah, le musée d'art de la Shoah, le pavillon des expositions et la synagogue sont ouverts jusqu'à 20h. Tous les autres sites ferment à 17h.

Se rendre à Yad Vashem :
Pour plus d'informations, cliquez ici...

Déportation d'Europe de l'Est vers les camps de la mort

Dans de nombreux cas, les ordres de déportations parviennent au Judenrat sans préavis, souvent à l’approche des fêtes juives, alors que le niveau d'alerte est moindre. La police locale est chargée de l'Aktion (la rafle des Juifs) et la police juive a également pour mission d'y participer.
continuer...

Les Juifs reçoivent l’ordre de se rassembler en un lieu donné, généralement près d'une gare et de n'emporter que quelques effets personnels. Durant l'Aktion, toute personne qui manque à l’appel ou qui se laisse distancer par le reste du groupe est abattue. À la gare, les Juifs sont chargés dans des wagons à bestiaux bondés et sans ventilation adéquate. Les wagons sont fermés de l'extérieur et les Juifs y restent entassés pendant des journées entières, sans nourriture ni eau, jusqu'à leur arrivée à destination. Beaucoup succombent du fait des conditions de transport épouvantables.

La puissance du mécanisme meurtrier déployé à travers l'Europe repose sur divers mensonges et tromperies. On fait croire aux Juifs polonais que les « éléments improductifs et non essentiels » seront envoyés à l’Est pour y travailler et on raconte aux Juifs d'Europe occidentale qu'ils seront transférés vers des localités à l'Est. La machine à tuer s'abat sur les grandes villes comme sur les petites communes et l'Aktion s'y poursuit pendant plusieurs jours ou plusieurs semaines. Les Allemands commencent par déporter les couches les plus faibles de la population (pauvres, réfugiés). Les autres s'accrochent à l'illusion qu'on ne s'en prendra pas à eux. Après les premières vagues de déportation, les étapes suivantes se succèdent, jusqu'à la liquidation totale.

Différents facteurs permettent d'expliquer la réaction des Juifs face à ce projet qui leur est brutalement imposé. Au cours des années précédant les opérations d'extermination, les nazis font tout ce qui est en leur pouvoir pour épuiser et affaiblir les Juifs, paralyser leur volonté, les dépouiller de leur dignité humaine, anéantir leur capacité à s'organiser et les isoler du monde extérieur. En effet, l'omniprésence de la faim et le sentiment que la mort les guette constamment amoindrissent la résistance de ces foules ghettoïsées et restreignent leur capacité à fédérer leurs énergies. Désormais, les Juifs ne se préoccupent plus que des problèmes les plus urgents – sauver les membres de leur famille, trouver du pain et répondre aux besoins de leurs corps, qui implorent chaleur et nourriture.

Les Aktionen portent aux Juifs un coup fatal, empêchant la mise sur pied d'un quelconque projet d'autodéfense de grande envergure. Les rumeurs au sujet des camps d'extermination sont généralement accueillies avec scepticisme, la logique ordinaire et la raison humaine refusant la possibilité même d'accorder du crédit à leur contenu. L'Allemagne nazie parviendra à tromper les masses, littéralement, jusqu’à la dernière minute.