Informations générales
Horaires :

Du dimanche au jeudi : 9h-17h
Vendredi et veille de fête : 9h-14h

Yad Vashem est fermé le samedi et les jours fériés.

Se rendre à Yad Vashem :
Pour plus d'informations, cliquez ici...

Colette, la poupée qui a aidé Claudine à traverser la Shoah

« C’est elle qui m’a maintenue en vie »

Cela fait des années que Claudine Schwartz-Rudel raconte ses souvenirs de la Shoah à des groupes ou des particuliers. Régulièrement sollicitée par Yad Vashem où elle a longtemps été employée au sein de la bibliothèque, ses souvenirs d'enfant pendant la guerre, tantôt placée, tantôt réfugiée en zone libre avec ses parents, apportent un éclairage particulièrement émouvant sur la France occupée. Dans une entrevue accordée à Yad Vashem en 1995, Claudine revient sur les grandes lignes de son parcours et celui de sa famille. Un témoignage rare qui permet de raconter la Shoah à travers les souvenirs d'une fillette juive de 7 ans. Avec, parmi les acteurs clé de son enfance, sa poupée Colette, confidente silencieuse qui a traversé toutes ses épreuves avec elle, témoin privilégié désormais confié à Yad Vashem pour la postérité.

La poupée de Claudine, Colette, dans son berceau
La poupée de Claudine, Colette, dans son berceau

Claudine Schwartz et ses parents Irène et Nicolas Schwartz - Paris, 1940
Claudine Schwartz et ses parents Irène et Nicolas Schwartz - Paris, 1940

Claudine bébé dans les bras de sa mère - Paris, 1936
Claudine bébé dans les bras de sa mère - Paris, 1936

Claudine avec sa mère Irène et sa grand-mère Esther Goldman en vacances, juste avant la guerre - Biarritz, été 1939
Claudine avec sa mère Irène et sa grand-mère Esther Goldman en vacances, juste avant la guerre - Biarritz, été 1939

Claudine et ses parents, avec sa poupée Colette dans les bras, après avoir fui Paris pour la zone libre – Sud de la France, 1943
Claudine et ses parents, avec sa poupée Colette dans les bras, après avoir fui Paris pour la zone libre – Sud de la France, 1943

Claudine, en famille au Cannet. De gauche à droite : son père, sa mère, sa tante Odette Goldman, son cousin Jean Goldman, Claudine, sa grand-mère maternelle Esther Goldman
Claudine, en famille au Cannet. De gauche à droite : son père, sa mère, sa tante Odette Goldman, son cousin Jean Goldman, Claudine, sa grand-mère maternelle Esther Goldman

Claudine Schwartz, pendant la guerre
Claudine Schwartz, pendant la guerre

Arpad Goldman, l’oncle maternel de Claudine. Arpad Goldman a été déporté par le convoi 58, du 31 juillet 1943, en direction d’Auschwitz où il sera assassiné
Arpad Goldman, l’oncle maternel de Claudine. Arpad Goldman a été déporté par le convoi 58, du 31 juillet 1943, en direction d’Auschwitz où il sera assassiné

Odette et Jean Goldman, venus se réfugier pendant la guerre avec les parents de Claudine - Le Cannet, 1943
Odette et Jean Goldman, venus se réfugier pendant la guerre avec les parents de Claudine - Le Cannet, 1943

Au premier plan : le père de Claudine, Nicolas Schwartz, travaille dans une ferme en échange d'un logement pendant la guerre - Le Péage-du-Roussilon, 1944
Au premier plan : le père de Claudine, Nicolas Schwartz, travaille dans une ferme en échange d'un logement pendant la guerre - Le Péage-du-Roussilon, 1944