A travers le prisme de l'histoire

Alfred Nakache : Nageur olympique français et rescapé de la Shoah

Alfred Nakache

Alfred Nakache naît à Constantine (Algérie française) en 1915. Il grandit au sein d’une famille juive traditionnelle de dix enfants. En 1931, il est déjà champion de natation d’Afrique du Nord et l’un des pionniers de la nage papillon. Nakache continue à exceller et participe dans les années 30 aux championnats de France de natation à Paris. Lors des Jeux olympiques de Berlin en 1936, il fait partie de l’équipe de France de natation et se classe 4ème avec l'équipe du relais 4x200 m nage libre. A partir de 1936, Nakache remporte à six reprises le titre de champion de France 100 m nage libre, et à quatre reprises celui du 200 m nage libre et celui du 200 m brasse. Il accumule les titres français en natation et bat plusieurs records nationaux.

Lorsque les Allemands envahissent la France, Alfred et son épouse Paule s'enfuient à Toulouse, dans la zone contrôlée par Vichy et y ouvrent un gymnase. En 1941, Nakache bat le record du monde du 200 m brasse (2:36.8) mais à partir de 1943, il est exclu des compétitions en raison de sa judéité. Alfred Nakache et sa famille tentent avec d’autres Juifs de rallier l'Espagne à partir de Toulouse en passant par les Pyrénées, mais craignant que les pleurs de leur petite fille ne mettent en péril la vie des autres membres du groupe, la famille rebrousse chemin vers Toulouse.

En novembre 1943, Alfred Nakache et sa famille sont arrêtés à Toulouse suite à une dénonciation puis incarcérés à la prison Saint Michel. Le 26 décembre 1943, les Nakache sont transférés à Drancy où ils vont passer leur dernier mois ensemble. En janvier 1944, ils sont déportés par le convoi n°66 de Drancy à Auschwitz. Sur les 1153 déportés présents à bord de ce convoi, 291 sont sélectionnés pour les travaux forcés. Les autres sont gazés dès leur arrivée. Parmi eux, la femme et la fille d’Alfred. Ignorant ce qu'il est advenu de celles-ci, Alfred est affecté au camp de travail d’Auschwitz III-Monowitz et survit.

Durant l'hiver très rude de l’année 1945, Alfred Nakache est contraint d’évacuer Auschwitz dans le cadre d'une marche de la mort et sera finalement libéré à Buchenwald. Après la guerre, il retourne à Toulouse où il apprend que sa femme Paule et sa fille Annie ont été assassinées à Auschwitz. Des Feuilles de témoignage en leur mémoire ont été remplies à Yad Vashem par Lorne Gilbert, la sœur de Paule.

Après la fin de la guerre, Alfred Nakache se rétablit et reprend la natation. Il bat le record du monde du relais 3 x 100 m en 1946, moins d’un an après sa libération de Buchenwald. En 1948, il participe aux premiers Jeux olympiques d’été d’après-guerre à Londres. En 1983, il succombe à une crise cardiaque au cours d’une séance d’entraînement.