Friends  |  Press Room  |  Contact Us

The International School for Holocaust Studies

Je voulais voler comme un papillon

Livre du professeur

Cette unité éducative est destinée aux élèves de CE2-CM2.
Durée: 4 leçons de 45 minutes chacune.

Contenu:

Introduction

Au cours des dernières années, des enseignants du monde entier se sont posés la question : Devons-nous enseigner la Shoah à l’école primaire ?
La présentation du sujet de la Shoah, à des jeunes élèves de l'école primaire n'est pas simple.
Dans un monde médiatisé, les élèves sont inondés, de manière incontrôlée, par des informations qui, pour la plupart, ne sont pas adaptées à leur niveau émotionnel et cognitif.
A travers le livre : «Je voulais voler comme un papillon», Yad Vashem tente d'examiner la question de la Shoah avec les élèves de façon à se familiariser avec les concepts de base relatifs à cet événement.
Ce livre présente aux lecteurs l'histoire de Hannah Gofrit. Naomi Morgenstern, l'auteur du livre, a légèrement modifié le témoignage de Hannah Gofrit conformément à l’approche pédagogique de Yad Vashem, de manière à rendre accessible son histoire aux classes de primaire.

Ce livre du professeur propose à l’enseignant de travailler avec «Je voulais voler comme un papillon» de 2 façons différentes:

  1. La réflexion éducative qui se trouve derrière le récit, ainsi que ses liens avec l’approche pédagogique de Yad Vashem que nous décrivons ci-dessous.
  2. Un cadre de travail en classe avec le livre: trois unités de lecture guidée et un résumé permettant aux élèves d’effectuer des travaux après la lecture de ce livre.

Chaque enseignant connaît ses propres élèves, leurs capacités émotionnelles et cognitives, leurs connaissances et leur niveau scolaire. Par conséquent, nous recommandons que les enseignants utilisent les outils que nous offrons en les adaptant aux besoins de leur propre classe.

L’approche pédagogique

Ce livre du professeur est accordé avec l’approche pédagogique de Yad Vashem. Nous pensons qu’il est important d’enseigner la Shoah dès le plus jeune âge. Bien entendu, chaque âge a une capacité de comprendre et d’acquérir des nouvelles notions de façon différente.

Maternelle,
CP- CE2
CE2- CM2 Classes de collège Lycéee
L’individu La famille La communauté Les évènements historiques

Au départ, nous parlons seulement d’une personne, plus tard nous élargissons le cercle vers la famille, ensuite vers la communauté et enfin nous abordons le sujet à travers les événements historiques qui concernent la société.

L’approche pédagogique de Yad Vashem place l’être humain, l’individu, au centre de l’enseignement. L’histoire de la Shoah est avant tout une histoire humaine.

Ce programme éducatif est basé sur un livre qui est adapté pour les élèves du primaire.

  1. Le livre raconte l’histoire de Hannah Gofrit. Par l’intermédiaire de Hannah, l’élève peut élargir ses connaissances sur la Shoah..
  2. Par le biais du livre, l’élève est initié à de nouvelles notions tels que l’étoile jaune, le ghetto, les justes des nations, la déportation, la révolte…Ces notions seront expliquées plus en profondeur, quand elles seront enseignées dans les leçons d'histoire à l'école secondaire. À ce stade, notre but n'est pas d'enseigner l'histoire de la Shoah, mais de familiariser les élèves aux expressions de base mentionnées dans le récit.
  3. Le livre se présente sous la forme de chapitres qui racontent l'histoire de la vie de Hannah, chaque chapitre a un thème qui lui est consacré.
    Il n'est pas nécessaire d'enseigner tous les chapitres, l'omission de certains d'entre eux n'affecte pas la continuité du récit. Nous suggérons que les enseignants choisissent judicieusement quels chapitres enseigner, en fonction du niveau des élèves et du temps dont ils disposent.
  4. Dès le commencement du livre, nous connaissons la fin de l’histoire!
    Le premier chapitre débute avec la photo de Hannah adulte. Quand l’élève lit le récit, même à des moments difficiles, il se rappellera toujours que Hannah a survécu.
  5. Le livre raconte l’histoire de Hannah avant, pendant et après la Shoah. Pour pouvoir comprendre l’ampleur de la Shoah, il faut connaître le monde juif avant, c’est la raison pour laquelle l’histoire de Hannah débute en 1935.
Première leçon: p. 1-13
Chapitre n°1 (p.1-2): Introduction

Notes pour l’enseignant:
Les deux premières pages du livre nous dévoilent l’identité de Hannah- son nom, le nom de ses parents, le nom de ses amis, la ville où elle est née en Pologne et le fait que pendant son enfance les juifs et les polonais vivaient ensemble dans la même ville. La photo de Hannah adulte et l’enfance de Hannah vont accompagner les élèves durant tout le récit.

La leçon peut aussi débuter par la dernière page du livre, par la fin de l’histoire alors que Hannah vit à Tel-Aviv et nous la découvrons sur une photo avec ses deux petits- enfants. De cette façon, les élèves sont rassurés durant le reste du récit, sachant que Hannah a survécu. Commencer par la première page sans connaître la fin de l’histoire n’est pas très recommandé avec des jeunes élèves.

L'enseignant devrait demander aux élèves d'ouvrir le livre à la page 1 et 2, et leur parler de Hannah: elle est née dans la ville de Biala Ravska en Pologne, ses parents se nomment Hershel et Zisel Hershkowitz et ils la surnomment Hanechka.

L'information doit être donnée de manière à encourager les élèves à désirer poursuivre l’histoire de Hannah.

Chapitre n°1 (p.2-4): L’enfance avant la guerre

Ce chapitre présente Hannah et sa vie dans la ville polonaise où elle a vécu avant la guerre. Il y a 4 sujets importants dans ce chapitre:

  1. La vie avant la guerre: Hannah a grandi dans un monde tout à fait normal mais qui n’existe plus aujourd’hui. Les noms qu’emploie Hannah ne nous sont pas familiers.
  2. La ville: Grâce aux descriptions de Hannah, l’élève peut s’imaginer l’endroit, l’ambiance dans les rues, son caractère pittoresque et ses parfums.
  3. Une enfance ordinaire: Hannah a eu une enfance normale jusqu’à ce que la guerre éclate.
  4. Le déclenchement de la guerre et la perte de l’enfance: La dernière phrase du chapitre est très importante pour comprendre que la guerre a interrompu des vies de milliers d’enfants dont celle de Hannah. («Une terrible guerre a éclaté, ma merveilleuse enfance a soudain pris fin.»)

Q: Quel genre d 'enfant était Hannah?
R: Elle était normale, heureuse, douée, souriante et appréciée de tous.

Q: Y a t il une ressemblance entre votre enfance et celle de Hannah?
R: Il y a une ressemblance- les jeux, les chants, la patinoire, cache-cache, le voisinage…

Q: Comment Hannah décrit-elle la vie à Biala Ravska?
R: Elle décrit sa vie familiale, une ville pittoresque avec une rivière et un marché, elle raconte également sur son voisinage polonais.

Q: Comment Hannah décrit-elle les relations avec les polonais?
R: Les polonais et les juifs vivant côte à côte font partie de la vie que décrit Hannah. Sa meilleure amie est polonaise, elle se nomme Marisha.

Q: Comment exprime-elle le début de la guerre?
R: La guerre a brutalement mis fin à son enfance. A partir de ce moment, sa vie a complètement changé. Par la suite, nous comprendrons pourquoi.

Chapitre n°2 (p.5-6): L’occupation nazie et l’étoile jaune

Notes pour l’enseignant:
Dans le chapitre précédent, Hannah racontait que son monde s'est effondré. Le déclenchement de la guerre a été un moment de crise dans son enfance. Cette description est caractéristique de nombreux témoignages d'enfants qui ont vécu à cette époque, la guerre a brisé leur enfance.

Dans ce chapitre, Hannah découvre pour la première fois la notion de l’étoile jaune. Au moment où sa mère la coud sur son manteau et sur celui de son père. Curieuse, Hannah pose des questions à sa mère au sujet de l’étoile jaune. Mais elle n’obtient pas de réponse! Sa mère est nerveuse et impatiente, Hannah comprend qu’il s’agit d’un sujet délicat. Les élèves ne comprennent pas encore la signification du décret de l’étoile jaune pour les juifs, ni pourquoi les nazis ont obligé les juifs à porter l’étoile jaune, et bien sûr les conséquences de l’étoile jaune. Tout s’éclaircira dans les prochains chapitres. À ce stade de l'histoire, tout ce qu'ils doivent comprendre est que le terme "étoile jaune" crée une tension et une incertitude pour Hannah et sa famille. Les temps ont changé, les décrets et les interdictions sont imposées aux juifs. Hannah doit commencer à faire face à une réalité complexe et elle doit intérioriser le fait qu’il n’y a pas de réponse à tout. Bien que nous ne comprenions pas encore ce qui arrive à Hannah, par l'intermédiaire du dialogue entre elle et sa mère nous commençons à comprendre pourquoi Hannah estime que son enfance a pris fin.

En fonction de l'âge des élèves, nous approfondissons les connaissances liées au phénomène de l’étoile jaune. Pour des classes de primaire, nous préférons nous contenter de la description du livre, il n’est pas nécessaire d’élargir la connaissance du contexte historique. Par contre dans des classes plus élevées, il serait souhaitable d’approfondir le sujet.

Q: Pourquoi la mère de Hannah ne répond-elle pas aux questions de sa fille?
R: La mère de Hannah est inquiète de la situation due à la guerre, du port de l'étoile jaune, et de l'avenir en général. Elle ne comprend pas la signification exacte de ces décrets, mais il est évident pour elle que ce sont des "mauvaises nouvelles". Par conséquent, elle n'a pas de réponses rassurantes à donner à Hannah et réagit à ses questions avec impatience.

Points de réflexion:

  1. Hannah et ses parents aimaient se promener dans les rues de Biala Ravska, comment d’après vous, ses parents se sont sentis lorsqu’ils ont étaient obligés de porter l’étoile jaune sur leurs vêtements?
  2. Citez des symboles de fierté et des signes de honte ? Inscrivez quelques exemples.
Chapitre n°3 (p.7-9): Le transfert des juifs dans le ghetto

Ce chapitre a trait à la question des ghettos. Il porte sur trois points principaux:

  1. De l'histoire de l'individu à l'histoire générale de la Shoah. Jusqu’à présent, nous parlions de Hannah et de sa famille qui n’ont pas vécu dans le ghetto. La situation de la majorité des juifs qui vivait dans le ghetto est illustrée par l'histoire de la famille proche de Hannah, dont on parle dans le livre pour familiariser les élèves avec la notion de "ghetto".
  2. Ce chapitre présente également le sujet de façon progressive. D'abord, l’auteur raconte comment les juifs du ghetto ont été forcés de vendre leurs biens en dessous de leur valeur réelle et, plus tard, il est révélé qu'il y a très peu de nourriture dans le ghetto, et seulement à la fin du chapitre, il est écrit explicitement que «la mère a distribué la soupe aux juifs affamés». Cette graduation aide les élèves à concevoir la question du ghetto et les difficultés de la vie au quotidien.
  3. L'histoire d'Hannah introduit la notion de ghetto et les élèves commencent à comprendre sa signification: les conditions de vie difficiles pour la plupart des juifs, aussi bien que l'existence d’une aide mutuelle. Le sort de la famille de Hannah est particulier mais au fur et à mesure que nous découvrons cette spécificité, nous comprenons mieux le sort général des autres juifs.

Q: Comment Hannah décrit-elle la situation dans le ghetto?
R: Il est interdit de quitter le ghetto, il y a de la famine, et le "marché noir" s’est développé. D'autre part, nous constatons que la famille de Hannah, qui a bénéficié de meilleures conditions par rapport au reste de la population juive de Biala Ravska, a été attentive et a subvenu aux besoins de la communauté nécessiteuse.

Q: Pourquoi est ce que la famille de Hannah ne vit pas au sein du ghetto?
R: Les nazis ont exploité les compétences de couture de la mère pour leurs propres buts, et donc ils ont autorisé la famille à vivre à l'extérieur du ghetto.

Chapitre n°4 (p.10-11) : La synagogue

Notes pour l’enseignant:
Ce chapitre et le chapitre 10 ne sont pas mentionnés dans ce manuel présent, car ils traitent de sujets (la synagogue, Yom Kippour, etc) qui concernent essentiellement des éducateurs de l’enseignement privé juif.
Néanmoins voici quelques questions qui peuvent être discutées avec des élèves de niveau supérieur.

Points de réflexion:

  1. Ce chapitre décrit l’atmosphère de Yom Kippour à la synagogue du ghetto. Comment décririez vous l’ambiance au sein de la communauté de Hannah durant ce jour saint ?
  2. Comment expliqueriez vous à Hannah la raison pour laquelle les allemands ont brûlé la synagogue?
Chapitre n°5 (p.12-13): L’interdiction aux juifs d’aller à l’école

Dans ce chapitre l’histoire de Hannah est de nouveau au centre du récit. Hannah atteint l'âge de six ans et va à l'école le premier jour avec son ami polonaise Marisha. Toutefois, en tant que juive, elle n'est pas autorisée à entrer à l'école et est bannie des lieux publics. C’est un moment terriblement humiliant pour Hannah.

Ce chapitre a quatre points principaux:

  1. La signification de l'étoile jaune - au début du chapitre, il semblerait qu’il s’agit de l’histoire banale d’une petite fille qui entre à l’école primaire. Mais ensuite, nous voyons que le fait que Hannah soit juive dicte un destin particulier pour elle, différent de celui de ses amis polonais. On l’empêche d'aller à l'école. Le chapitre indique clairement aux élèves le sens de l'étoile jaune, qui était resté flou dans le chapitre précédent: l’étoile isole et humilie les juifs. Cette fois ci, Hannah elle-même est touchée, et il ne s’agit pas seulement du sort des juifs en général.
  2. Le témoin (bystander): la question du témoin est soulevée dans ce chapitre. Est nommée témoin toute personne qui est spectatrice du génocide des juifs, à tous les niveaux, comme le gardien, qui connaissait Hannah avant la guerre, et qui l’empêche de rentrer dans l'école. Il s'agit d'une trahison envers Hannah: Dans un monde normal, l'adulte est censé protéger l'enfant, tandis que dans ce cas présent le concierge la blesse publiquement, devant ses amis. A cela s’ajoute le fait que ses amis n’aient pas protesté.
  3. L'inversion des rôles entre Hannah et ses parents: Hannah protège ses parents en ne leur disant pas que le gardien ne l’a pas laissée rentrer à l'école. Tout au long de la Shoah, dans de nombreux cas, les enfants ont été forcés de protéger leurs parents et parfois même de les soutenir, et donc, concrètement, l'ordre naturel du monde, dans lequel les parents guident et protégent leurs enfants, s’est trouvé inversé.
  4. Le souvenir du père: Bien que le père de Hannah ne survive pas, comme nous le découvrirons plus tard dans l'histoire, nous pouvons nous réconforter du fait que Hannah garde un souvenir de moments chaleureux avec son père. Du fait que Hannah ne soit pas acceptée à l'école, son père lui organise un cadre pédagogique à domicile. Elle gardera un souvenir merveilleux de ces moments, à ses yeux son père est son sauveur. Les nazis ont assassiné le père de Hannah, mais ils n'ont pas réussi à effacer sa mémoire.

Q: Comment Hannah se sent-elle lorsque le gardien l’empêche de rentrer à l’école?
R: Hannah se sent trahie. Dans un monde normal, les adultes sont censés protéger les enfants, mais ici le concierge l’humilie face à ses amis.

Q: Comment se sent-elle quand les enfants et Marisha partent en courant vers la classe?
R: Elle pensait que ses amis la soutiendraient, mais à la place ils l’ont complètement ignorée et humiliée.

Q: Pourquoi Hannah ne raconte-t-elle pas la vérité à ses parents?
R: Hannah ne veut pas les blesser et leur faire de la peine. Elle cherche à protéger ses parents.

Q: Que veut dire Hannah quand elle déclare qu’elle n’a pas pleuré?
R: Hannah est âgée de 6 ans mais, du fait des circonstances, elle n’est plus une enfant. Elle protège ses parents, elle ne pleure pas quand elle est blessée. Au même moment, ses parents réussissent à lui donner une structure scolaire qui va remplacer celle dont elle rêvait.

Points de réflexion:

  1. Pourquoi est-il important aux yeux des adultes que, même en temps de guerre, les enfants puissent étudier?
  2. Quels sont les avantages et les inconvénients d'étudier seul à la maison?
Deuxième leçon: p. 14-25
Chapitre n°6 (p.14-15): La déportation des juifs

Ce chapitre s’écarte à nouveau de l'histoire de la famille de Hannah. Il traite du destin de la communauté juive de Biala Ravska.
Dans ce chapitre, il y a deux points principaux:

  1. Ce chapitre raconte le déroulement de la déportation des juifs de Biala Ravska vers le camp d’extermination de Tréblinka. Hannah a perdu toute sa famille, ses grands- parents, ses oncles et tantes et ses cousins. Tandis que les juifs sont déportés dans des wagons à bestiaux, les chauffeurs des trains regardent indifféremment et collaborent avec les Allemands. Cependant, ce chapitre n'entre pas dans les détails de la description des camps de la mort et de la mise à mort des juifs. Nous mentionnons la notion des camps de la mort mais nous n’élargissons pas au-delà, de façon à ne pas choquer les élèves. Certains enseignants estiment qu’il est trop tôt pour parler des camps d’extermination, dans ces cas là, il est possible d’omettre ce chapitre et de continuer la lecture de l'histoire par le chapitre suivant. D'autres enseignants estimeront qu'il est important de donner cette information. Nous recommandons à chaque professeur d’enseigner en prenant en considération le niveau de sa classe et bien évidemment les difficultés face à ce sujet.
  2. Le souvenir d’un monde disparu. Hannah décrit comment le studio du photographe a été saccagé. Des photos des juifs et de leurs enfants qui vivaient ici, et qui n’y étaient plus maintenant, s ‘envolaient dans le vent. Cette description nous permet de débattre avec nos élèves du sujet du souvenir et de la mémoire de la Shoah. Comment se souvenir d’un monde anéanti, d’un monde totalement disparu. Comment pouvons nous commémorer la mémoire de ceux morts dans les camps d’extermination et dont les photos ont disparu!

Q: Comment d’après vous Hannah se sent-elle lorsque ses parents pleurent ? Est-il normal de voir pleurer ses parents?
R: C’est une situation difficile et peu commune. Habituellement, nous ne voyons pas des adultes pleurer, seulement dans des cas extrêmes. Tout d’abord, Hannah a du se sentir gênée puis affectée voyant ses parents très peinés.

Q: Dans le premier chapitre, nous avons vu que les juifs et les polonais ont de bonnes relations de voisignage. Qu'est-ce que ce chapitre décrit à ce sujet?
R: Les conducteurs des wagons ont déporté leurs voisins juifs vers une destination inconnue. Hannah nous décrit la déception puis la colère des juifs envers leurs voisins polonais qui collaboraient avec les nazis.

Q: Pourquoi Hannah nous raconte l’épisode des photos qui se sont envolées dans le vent?
R: Les photos qui ont été perdues accentuent la perte du monde juif. Le peuple juif a été assassiné et il ne reste aucune trace derrière - aucune tombe, aucune pierre tombale, même leurs photographies ont disparu dans le vent.

Point de réflexion:

  1. Comment la vie de la famille de Hannah a-t-elle changé après la déportation des juifs du ghetto?
Chapitre n°7 (p.16-19): L’évasion

Il y a trois points importants dans ce chapitre qui nous raconte ce qu’est devenue la famille de Hannah quand le reste de la communauté juive a été déporté.

  1. Hannah commence à sentir les conséquences de la guerre de façon cruelle. Jusqu’à présent, Hannah est restée relativement protégée et la Shoah ne l’a pas personnellement touchée. Mais maintenant la situation est différente. Même si elle est toujours avec ses parents, ils n’ont plus la possibilité de la protéger. Eux-mêmes dépendent de la gentillesse d’autrui.
  2. Dans ce chapitre, la situation de la famille Hershkowitz commence à se détériorer. Comme beaucoup d’enfants de son âge, Hannah utilise son imagination lorsqu’elle est en détresse. Lorsqu’elle se cache dans le sachet de pommes de terre, elle s’encourage : « je suis une pomme de terre! Je suis une pomme de terre! Je n’ai pas le droit de bouger. Les pommes de terre ne bougent pas… les pommes de terre sont silencieuses! » Nous voyons que, malgré l’aggravation de la situation, elle s'appuie sur sa force mentale pour faire face à sa peur et au danger.
  3. En ce qui concerne la question des témoins et des sauveteurs, il est important de souligner qu'il y a eu des réactions différentes parmi la population polonaise face à la situation des juifs. Auparavant, nous avons rencontré le gardien de l’école et les conducteurs des trains, qui n’ont pas aidé les juifs. Mais ici, nous rencontrons une femme qui les aide malgré le danger qu’elle encourre. Jusqu’à présent elle était indifférente à ce qui se passait autour d’elle. En offrant son aide aux juifs persécutés au péril de sa vie, elle devient juste des nations. Elle a mis sa vie et celle de sa famille en danger pour sauver des juifs. Il est important que les élèves comprennent le danger qui menace toute personne qui aide les juifs.

Q: Au milieu de la guerre, Hannah raconte qu’elle reçoit une nouvelle robe de sa mère, ce qui la rend heureuse. Comment pouvez-vous expliquer cela?
R: Malgré la réalité épouvantable de la guerre, Hannah est encore une enfant. Par conséquent, la robe qui lui est offerte, la rend heureuse et peut-être même lui permet d'échapper pendant quelques instants aux difficultés de la vie pendant la guerre.

Q: Jusqu'ici, les polonais n’ont pas aidé les juifs: tel a été le cas pour le gardien de l’école et les conducteurs qui ont déporté les juifs à l'Est. Pour la première fois, nous rencontrons deux personnes qui essayent d'aider la famille de Hannah. Que va-t-il se passer s’ils sont attrapés?
R: Ceux qui sont attrapés durant une tentative d’aide envers les juifs sont exécutés.

Q: Quelle est la signification d'aider des juifs dans une société dans laquelle personne n’aide les juifs ?
R: Sur le plan pratique, pour sauver des juifs il faut mobiliser des ressources, il faut faire confiance aux personnes qui seront prêts à coopérer et à garder le secret. Tout le monde n'est pas capable d'aller à contre-courant.

Q: Hannah décrit comment elle a été forcée de se séparer de ses parents et de se cacher dans un sac de pommes de terre. Comment s'est-elle sentie quand elle se cachait dans le sac? Qu'a-t-elle fait pour surmonter sa peur?
R: Hannah était très effrayée. Pour surmonter sa peur, elle a imaginé qu'elle était une pomme de terre.

Points de réflexion:

  1. Quels signes de maturité Hannah montre-t-elle dans ce chapitre?
  2. Quels rayons de lumière Hannah trouve-t-elle dans sa cachette?
Chapitre n°8 (p.20-23): La séparation du père
  1. La séparation du père- La situation générale devient de plus en plus grave et la situation familiale devient de plus en plus dangereuse. Afin de trouver un moyen de s’en sortir, ils sont obligés de choisir entre deux possibilités. La première est de rester ensemble à tout prix, la seconde est de se séparer pour avoir une meilleure chance de survivre. Les parents de Hannah sont en désaccord et en fin de compte, le père décidera : il faudra se séparer.
    Point à noter: mettre en évidence des dilemmes est une façon d’enseigner la Shoah. Nous n’essayons pas de juger les décisions prises face à ces dilemmes, mais au contraire nous essayons de présenter la complexité de la vie pendant la guerre. Il est nécessaire d'éviter tout acte de jugement. Le recours aux dilemmes est destiné à créer chez les élèves une compréhension et une empathie à l’égard des juifs. La discussion doit être adaptée au niveau cognitif des élèves.
  2. Sauveurs - nous rencontrons plus de personnes qui sont prêtes à mettre leur vie en danger afin d’aider Hannah et sa famille.
  3. Le renversement de rôles entre Hannah et son père - Hannah essaye de persuader son père de rester avec sa mère et elle et l'avertit même des dangers dans la forêt … Nous avons ici une nouvelle expression du renversement des rôles entre parents et enfants. Hannah essaye de protéger son père. L’inversion des rôles entre parents et enfants est un phénomène fréquent pendant la Shoah.

Q: Pourquoi le père de Hannah insiste-t-il sur sa volonté de quitter sa femme et sa fille et de rejoindre les partisans dans la forêt?
R: Au-delà de la raison donnée à sa femme, le père de Hannah comprend qu’ils ne peuvent plus se cacher et rester clandestins tous ensemble. Une autre raison est qu’il ne pense pas pouvoir se procurer des faux papiers et par conséquent, il décide qu'il n'a pas d'autre possibilité que de quitter sa famille et d’essayer de rejoindre les partisans.

Q: Comment Hannah réagit-elle au fait que son père rejoigne les partisans en forêt?
R: Elle essaye de le dissuader en lui expliquant les dangers de sa décision Elle essaye de protéger son père.

Points de réflexion:

  1. Discuter des difficultés de séparation d’un proche, de ses amis et de sa maison.
  2. Débattre autour du sujet de Moshakolva, qui a aidé la famille de Hannah à trouver un endroit où se cacher et à obtenir des fausses cartes d’identité. Moshalkova devait être discrète face aux soldats allemands et aux informateurs polonais qui étaient payés pour dénoncer des juifs et leurs sauveurs.
  3. Imaginez-vous une rencontre entre Moshalkova et un des voisins qui la suspecte de cacher des juifs.
Chapitre n°9 (p.24-25): Se cacher à Varsovie

Le chapitre nous raconte l’histoire de Hannah et de sa mère dans la clandestinité à Varsovie.

  1. Les justes des nations - le chapitre décrit le prix quotidien payé par la famille qui a sauvé Hannah et sa mère. En plus du danger constant de la peur de se faire attraper, ils payent un lourd prix quotidien : les filles de la famille n’ont pas le droit d'inviter leurs amis à la maison, il ne faut pas révéler que des juives sont cachées à la maison. Ce dernier point est important lorsqu’on enseigne sur les justes des nations.
  2. Se cacher à Varsovie: Hannah décrit les difficultés qu’elle doit surmonter- ne pas voir le soleil, ne pas respirer l’air frais pendant deux années entières ou encore être constamment sur ses gardes au cas où un voisin non invité viendrait et découvrait Hannah et sa mère.

Q: Comment Hannah décrit-elle la vie en cachette à Varsovie?
R: La peur d'être attrapée, de nombreuses restrictions, un sentiment d’être étrangere à la maison (comme en témoigne le fait de seulement lire des livres quand les fillettes ne sont pas là).

Q: Comment pensez-vous que les filles de la famille Skovroneck se sentent du fait que Hannah et sa mère vivent à leur domicile?
R: D'une part, il n'est pas facile d'accueillir et d’héberger des étrangers dans votre maison, partager vos livres, vos jouets... La tâche la plus difficile pour les filles Skovroneck est de ne pas révéler le secret! Mais d'autre part, au fond de leurs cœurs, elles savent qu’elles sauvent des vies en cachant Hannah et sa mère. Dans le chapitre suivant, nous verrons comment la fille aînée des Skovroneck saisira son rôle de sauveur.

Troisième leçon: p. 26-36
Chapitre n°10 (p.26-27): La révolte du ghetto de Varsovie

La révolte du ghetto de Varsovie débuta en avril 1943. Ce fut une des révoltes juives contre le régime nazi. Plus tard, d’autres révoltes se sont produites dans différents ghettos en Europe- Bialystok, Vilnus et Kovno.

Notes pour l’enseignant:
Ce chapitre comme le chapitre 4 ne sont pas mentionnés dans ce manuel présent, car ils traitent de sujets (la synagogue, Yom Kippour, etc) qui concernent essentiellement des éducateurs de l’enseignement privé juif.

Néanmoins voici quelques interrogations qui peuvent être discutées avec des élèves de niveau supérieur:

  1. Pourquoi Hannah et sa mère se sont-elles mises en danger en observant par la fenêtre le ghetto en flammes ?
  2. Que ressentent Hannah et sa mère lorsqu’elles entendent les bombardements venant du ghetto ?
  3. Quand madame Skovroneck informe Hannah et sa mère que tout le monde parle de la réussite de la révolte, quels sont d’après vous les sentiments que ressent Hannah à ce sujet ?
Chapitre n°11 (p.28-29): Une cachette dans une cachette

Dans ce chapitre, nous allons découvrir comment Hannah et sa mère vivaient dans leur cachette à Varsovie.

  1. Se cacher à Varsovie: Hannah décrit la complexité de vivre secrètement: ne pas voir le soleil ou respirer l'air frais pendant deux années entières, ressentir comme un sentiment d’être étranger, et être constamment sur ses gardes au cas où une personne devrait les découvrir.
  2. Les justes des nations: Ce chapitre nous dévoile les difficultés au jour le jour lorsqu'il s'agit de cacher des juifs pendant la Shoah. Non seulement, la peur perpétuelle d'être attrapé ou dénoncé mais surtout de savoir que des personnes risquent leurs vies pour sauver celles de Hannah et sa mère. Il s'agit d'un acte de courage extraordinaire.

Q: Comment Hannah décrit-elle la vie dans la clandestinité à Varsovie?
R: Chaque fois que les Skovronek recevaient des invités, sa mère et elle devaient se cacher dans le placard. Elles devaient rester dans le placard sans bouger, sans émettre le moindre bruit.

Q: Si les Nazis venaient chercher des juifs dans l'immeuble, où Hannah et sa mère devaient-elles aller, selon leur accord avec la famille Skovronek ?
R: Dans ce cas précis, elles devaient descendre au 5ème étage et sauter dans la cage d'escalier. Il ne fallait absolument pas que les Nazis puissent faire le lien entre Hannah et sa mère et la famille Skovronek.

Q: Qu'est-ce qui a poussé Hanka Skovronek à risquer sa vie?
R: Pendant la Shoah, des gens ont sauvé des juifs pour différents motifs. Mais le point commun de ces personnes, c'est d'avoir eu une conscience humaine.

Points de réflexions:

  1. Pendant la Shoah, Hannah a vécu dans différentes cachettes, quelle est d'après vous la cachette où Hannah s'est sentie le plus en sécurité?
  2. Dans chaque cachette, comment Hannah a-t-elle su surmonter ses peurs?
  3. Parler des diverses motivations des justes des nations.
Chapitre n°12 (p.30-31): La fin de la guerre
  1. La fin de la guerre: Le moment qu'Hannah et sa mère ont attendu tout au long de la guerre est enfin arrivé – la fin de la guerre, elles sont libres. De retour dans leur ville natale, Biala Ravska, Hannah et sa mère espèrent retrouver en vie des membres de leur famille. Mais lorsqu'elles arrivent, il ne reste malheureusement plus personne. Elles découvrent l'ampleur de la perte- son père est mort, comme le reste de sa famille. Seulement un petit nombre de juifs de la communauté de Biala Ravska a survécu à la Shoah. Leurs biens ont également été volés et les relations avec la population polonaise se sont détériorées. Il est important de souligner que la fin de la guerre n'a guère apporté la joie et le soulagement, comme on aurait pu le croire, mais au contraire, tout à coup, les survivants comprennent qu'ils ont tout perdu et que leur monde a été complètement anéanti. Néanmoins, Hannah et sa mère essayent de trouver où aller et de continuer à vivre.
  2. La place de Hannah et sa mère: Après leur bref séjour à Biala Ravska, Hannah et sa mère comprennent que leur place n’est plus là. Elles quittent la ville et cherchent un nouvel endroit pour s'installer et recommencer leurs vies.

Q: Comment pensez-vous que Hannah et sa mère se sentent à la fin de la guerre et lors de leur retour à leur domicile, à Biala Ravska?
R: Hannah et sa mère se sentent très mal - leur monde entier est anéanti, il ne reste plus personne et elles ne sentent pas a l'aise dans leur ville natale. Elles essayent de recommencer une nouvelle vie.

Points de réflexion:

  1. D'après vous, qu'est ce que Hannah attendait-elle lors de son retour à Biala Ravska?
  2. Quelles attentes ont été satisfaites et lesquelles ne l'ont pas été?
Chapitre n°13 (p.32-33): Le retour à la vie
  1. Sionisme: Hannah et sa mère essayent de recommencer leur vie dans une autre ville en Pologne, et d'y vivre en tant que chrétiennes. Mais Hannah est attirée par le judaïsme et se joint à un mouvement de jeunesse sioniste. Le sionisme donne un nouveau sens à sa vie.
  2. Une nouvelle famille: la mère de Hannah se remarie et Hannah a un nouveau petit frère.

Points de réflexion:

  1. Pourquoi pensez-vous que Hannah et sa mère n'ont pas révélé, au départ, leur identité juive?
  2. Pourquoi était-il important pour Hannah de vivre de nouveau avec des juifs?
  3. Pourquoi Hannah change-t-elle son nom? Quelle est la signification de son nouveau prénom?
Chapitre n°14 (p.34-36): Epilogue

Hannah nous raconte sa vie après son arrivée en Israël. Elle a une profession qu’elle a exercée de nombreuses années, elle est mariée et a un fils, aujourd'hui elle a deux petits-enfants. Dans ce court chapitre elle parle de la famille Skovroneck et le fait qu'ils ont été reconnus comme des Justes des nations. Ce détail que Hannah ajoute, a une grande signification - c'est une reconnaissance envers la famille qui lui a sauvé la vie et qui lui permis de survivre à la guerre. C'est un profond sentiment de gratitude envers la famille Skovronek.

Points de réflexion:

  1. Pourquoi est ce que les Skovronek ont été reconnus comme justes des nations?
  2. Mission: concevez un médaillon que vous donneriez à la famille Skovronek, et rédigez un certificat en leur honneur.
Quatrième leçon: Conclusion et résumé

Cette leçon est consacrée à un résumé du livre et son but principal est de permettre aux élèves de s'exprimer de façon créative. Le temps de cette leçon devrait être réparti de façon égale - la première moitié de la leçon devrait être consacrée au travail créatif et la seconde moitié de la leçon au débat en classe. Il est important d'assurer une atmosphère de calme dans la salle de classe, et des morceaux de musique peuvent être écoutés au cours de la première moitié de la leçon, tandis que les élèves travaillent de façon indépendante.

1ère partie: Travail créatif

L'enseignant devra préparer d'avance un certain nombre de coins de travail dans la salle de classe, avec des peintures, des crayons, des ciseaux et des papiers journaux et des coupures de presse. Les élèves seront répartis dans les différents endroits et choisiront une des deux activités suggérées:

  1. Ecrire une lettre à Hannah Gofrit.
  2. Dessiner ou fabriquer un collage tout en exprimant leurs sentiments après avoir lu le livre. Il est important de les orienter vers une création centrée sur un seul événement qui les a marqués.

2ème partie: Débat

Les élèves disposeront leurs travaux manuels dans la salle de classe. Ensuite, ils se pencheront sur le travail de leurs amis. Chaque élève choisira un travail qui l’a marqué et expliquera la raison pour laquelle il a choisi ce travail. Le but de l'enseignant sera d'encourager le dialogue sur le thème de la création, en soulevant des questions sur les œuvres et le processus créatif: Pourquoi avez-vous choisi ces couleurs? Pourquoi avez-vous choisi cet événement particulier? etc.

Il est important d'inciter les élèves à poser des questions à leurs camarades de classe, et à souligner les points communs ou les différences entre les différents travaux manuels.

À la fin de la leçon, les travaux peuvent être rassemblés et utilisés au cours d'une cérémonie ou d'une exposition qui se tiendra à l'école le jour de la commémoration de la Shoah. Les travaux peuvent être également adressés à Hannah Gofrit, à l'adresse indiquée à la fin du livre.