Informations générales
Horaires :

Du dimanche au mercredi : 9h-17h
Jeudi : 9h-20h*
Vendredi et veille de fête : 9h-14h

Yad Vashem est fermé le samedi et les jours fériés.

*Le musée d'histoire de la Shoah, le musée d'art de la Shoah, le pavillon des expositions et la synagogue sont ouverts jusqu'à 20h. Tous les autres sites ferment à 17h.

Se rendre à Yad Vashem :
Pour plus d'informations, cliquez ici...

L'Album d'Auschwitz

Cet atelier est destiné à des élèves de Première et Terminale.
Durée : 3 heures

Les objectifs

  • Approfondir ses connaissances sur Auschwitz-Birkenau à travers un album de photographies unique qui revêt une importance aussi bien historique que personnelle.
  • Faire mieux connaître le destin des Juifs qui ont été déportés à Auschwitz ainsi que les épreuves que ces personnes ont traversées dans ce camp.
  • Appréhender le processus de déshumanisation qui a transformé ces gens ordinaires en détenus.
  • En examinant les détails de ces nombreuses photographies, nous espérons restituer la dignité de ces Juifs ; une dignité brutalement arrachée par ceux qui les ont condamnés à mort.
  • Étudier l'idéologie raciale nazie, les politiques allemandes anti-juives et la « Solution finale ».
  • Connaître les tentatives des Allemands de maintenir secret leur plan de destruction du peuple juif.
  • Cette unité pluridisciplinaire combine à la fois l'album photo, de la documentation et des témoignages. D'un point de vue pédagogique, elle montre l’importance  d'utiliser différents supports afin de présenter de différentes manières les évènements qui se sont tenus à Auschwitz-Birkenau.

Introduction

Ce guide pédagogique se base sur 207 photographies représentant la communauté juive de Bilke et la famille Jacob. Cette collection de photographies, que l'on peut qualifier de sources primaires, est connue sous le nom de « l'Album d'Auschwitz » ou « Album de Lili Jacob ». Les photos ont été prises à Auschwitz-Birkenau en mai 1944 et découvertes par hasard par une ancienne déportée, Lili Jacob au moment de la Libération.

Ces clichés ont été pris pour des raisons que nous ignorons par les SS Ernst Hoffmann et Bernhard Walter et qui par conséquent ne reflètent que le regard des nazis. En utilisant cette unité, il est donc primordial de souligner l'identité et le rôle des photographes et de se servir de sources complémentaires afin d'obtenir une image plus complète de la fonction du camp dans le cadre de la « Solution finale ».

Les camps de concentration et les centres de mise à mort figurent parmi les sujets les plus difficiles à aborder et à enseigner. La plupart des photographies qui y sont associées exposent des cadavres. Par contraste, « l'Album d'Auschwitz » présente les visages des victimes un court instant avant que celles-ci ne partent pour la mort, néanmoins, ces clichés montrent des Juifs vivants.

La philosophie éducative de l'École Internationale pour l'Enseignement de la Shoah de Yad Vashem souligne l'importance de se concentrer sur les individus durant la Shoah. Il en ressort qu'à travers ce guide, les individus ne sont pas considérés comme de simples victimes.

Cette unité est divisée en deux leçons.

La Leçon n°1 de ce guide se concentre sur l'Album d'Auschwitz en tant qu’album de famille appartenant  à la survivante Lili Jacob. Par conséquent, nous nous focalisons, dans cette section, sur les émotions des élèves et sur la manière dont ils se lient à ce matériel.

Dans la première moitié du 20e siècle, il n’était pas courant de prendre autant de photos comme il est d’usage de nos jours. Très souvent, lorsque les gens voulaient avoir une photo d'eux-mêmes, ils se préparaient tout spécialement pour cette importante occasion et se rendaient un photographe professionnel qui les faisait poser devant son appareil photo.

Pour le survivant de la Shoah, chaque photographie qui représente un membre de sa famille est précieuse. Nombre d'entre eux ont perdu tous ceux qu'ils aimaient, et la seule trace qui peut malheureusement leur rester de leurs proches est une petite image qui, en quelque sorte, a survécu ou bien qui avait été envoyée à l'étranger, avant la guerre. Dans leurs témoignages, la plupart du temps, les survivants se souviennent de la manière dont ils ont été dépossédés de tous leurs effets personnels,  à moins d’avoir réussi à dissimuler une petite photographie des êtres aimés. Malheureusement, des centaines de survivants n'ont pas de souvenir matériel de leurs parents puisqu'il ne leur reste aucune photographie d’eux. À Auschwitz, tous les albums photo, les livres, les documents personnels et autres matériels étaient brûlés dans un four spécial situé dans le bâtiment du Crématorium II.

Les photographies nous permettent donc de ressusciter le visage de ces êtres humains et de nous trouver face à leur regard.

Les photographies racontent souvent, même si c'est d'une manière implicite, une histoire sur l’identité du sujet, sa religion, sa nationalité, ses traditions, son statut social, etc. C'est donc là une occasion pour les comparer aux photos d'aujourd'hui afin de familiariser les élèves avec les gens qui ont vécu durant cette période.

Lors de la Leçon n°2, par le biais de l’album, les élèves discuteront des questions liées aux aménagements mis en place pour servir à l’assassinat de masse mené à Auschwitz. L'objectif de cette seconde partie est de suivre le parcours d'un convoi dt de le suivre tout au long de ses différentes étapes. Dans le but d'élargir ces perspectives et ces connaissances, on fera usage d'autres supports, notamment la lecture de témoignages.

L'Album d'Auschwitz documente un groupe de Juifs parmi les dizaines de convois  similaires. Cet album retrace l'arrivée au camp, la descente des wagons et la « sélection » à laquelle seulement un petit nombre d’entre eux ont été choisis pour le travail et transformés en détenus, alors que la grande majorité était envoyée à la mort.

La structure de cette unité est dictée par les limites de l'Album d'Auschwitz. Par conséquent, nous ne nous pencherons pas sur le processus de mise à mort en lui-même, et qui débute immédiatement après la prise des photos. Nous restons fidèles à notre philosophie éducative :  nous mettons l’accent non pas sur la mort, mais sur la lutte pour la vie et sur les dilemmes moraux auxquels les victimes ont dû faire face pendant cette période. Par ailleurs, à des fins éducatives, nous recommandons vivement de ne pas utiliser d’images montrant la mort,

Ces photographies permettent de mieux comprendre les situations dans lesquelles se trouvaient les victimes qui ne se doutaient pas de ce qui les attendait ou qui ne comprenait que partiellement. Même si ces évènements relèvent du passé, le fait qu'ils soient le résultat d'actions purement humaines les rend pertinents et importants encore aujourd'hui.

L'unité contient plusieurs notes portant sur des questions qui peuvent se poser pendant le déroulement de la leçon : le développement de la « Solution finale », le rôle de l'album après sa découverte à la fin de la guerre, le camp de concentration et d’extermination d'Auschwitz-Birkenau ainsi qu'un article sur les photographies en tant que documents historiques.

Les « Notes pour l'enseignant » qui figurent dans chaque section comprennent des points qu'il serait intéressant d'aborder et de soulever au cours de la discussion menée en classe.

Un CD est disponible à la fin de l'unité. Il contient toutes les photographies qu'il est possible d'imprimer ainsi qu'une présentation destinée à la classe.

Sommaire :